Madagascar : valoriser les déchets de fruits en carburant

Madagascar : valoriser les déchets de fruits en carburant

Madagascar : valoriser les déchets de fruits en carburant

Résaux sociaux
Contenu

Louisa Ho et Lea Ledecq sont étudiantes en bioingénieur à l’UCLouvain et participent au cours IngénieuxSud. Elles travaillent avec deux autres coéquipiers sur un projet de valorisation des déchets de la production de jus de fruits à Antsirabe à Madagascar.

LC : Pouvez-vous expliquer votre projet ?

LH : Notre projet porte sur la valorisation des déchets de la production de jus de fruits à Antsirabe à Madagascar. Nous travaillons avec le centre Cananas, un centre de formation de jeunes, où ils produisent du jus de fruits. La production de jus de fruits vient d’un projet IngénieuxSud de l’année passée. Ce projet a permis de créer un extracteur de jus pour utiliser les fruits invendus du marché et créer ainsi des jus de fruits. Nous, notre projet consiste alors à valoriser les déchets issus de ces jus pour les transformer en bioéthanol.

LL : Au début, on avait pensé à transformer les déchets en biogaz mais après réflexion, le bioéthanol était la meilleure solution.

LC : Pour quand votre départ est-il prévu ? Et combien de temps restez-vous sur place ?

LL : C’est très compliqué ! On devait partir début juillet mais les frontières sont actuellement fermées à Madagascar. Notre voyage a donc été reporté plusieurs fois. On va essayer de partir fin août/début septembre mais tout est encore flou pour le moment.

LH : Au départ, nous voulions partir un mois mais finalement ce sera 2 à 3 semaines maximum.

LC : Quelles sont vos appréhensions par rapport à ce voyage ?

LL : On n’a pas vraiment eu le temps d’avoir des appréhensions. Les étudiants malgaches ont très bien organisé notre voyage. Ils ont trouvé un logement juste à côté du centre Cananas. Ça a l’air super sécurisé. Ils ont aussi prévu des voitures privées pour nos différents trajets.

LC : Quelles sont les difficultés que vous avez déjà rencontrées dans le cadre de ce projet ?

LH : Au début, c’était assez compliqué de communiquer avec les étudiants malgaches et de se mettre d’accord sur le projet. Pour nous, IngénieuxSud est un cours mais pour eux c’est quelque chose en plus donc ils ne consacrent pas le même temps que nous pour le prototype, etc. Ce projet nous pousse aussi à travailler individuellement.

LL : Une autre difficulté a été la mise en place du prototype car on a contacté beaucoup de professeurs de l’UCLouvain. Ils n’avaient pas tous le matériel et ils ne pouvaient pas tous nous accueillir. On a vraiment cherché longtemps pour trouver un institut de l’UCLouvain qui voulait bien nous encadrer mais le matériel était dans un autre laboratoire. Mais bon finalement, on y est arrivé !

LH : La récolte de fonds était aussi compliquée. Au début, on voulait avoir des sponsors mais on a été refusé plusieurs fois. On a aussi a pensé aux bourses mais on n’a pas été pris. On a donc décidé de vendre des biscuits et des gourdes et d’organiser des conférences. Finalement, on n’a pas gagné énormément mais c’était une chouette expérience.

LC : Et quand avez-vous commencé à mettre ce projet en place ?

LL : On s’est décidé sur le bioéthanol en février/mars. Au 1er quadrimestre c’était plutôt réfléchir sur le départ et sur la collaboration avec le sud.

LH : Et aussi se renseigner sur la ville d’Antsirabe et la gestion des déchets.

LC : Qu’attendez-vous de cette expérience ?

LL : On aimerait vraiment pouvoir partir et collaborer avec des étudiants d’un autre pays et d’une culture différente de la nôtre pour réaliser ensemble ce chouette projet.

LH : C’est aussi rencontrer des gens d’une autre culture et découvrir de nouveaux paysages.

LC : Que pensez-vous du cours IngénieuxSud ?

LL : C’était vraiment un chouette cours ! Je pense que si c’était à refaire, on le referait même si c’était vraiment beaucoup de travail. C’était vraiment une chouette expérience !

LH : C’est un cours différent des autres cours où on doit étudier. Ici c’est plus un cours plus axé sur l’humain. C’était hyper intéressant mais ça prend beaucoup de temps.

Plus de news

10/05/2022
Accompagnée de nos partenaires locaux, Jeanne découvre la réalité des services de santé mentale au Cambodge et le manque de ressources nécessaires à ces soins. Lors de son séjour… +
03/05/2022
À l’approche de la fête des mères, nous voudrions vous partager le témoignage de Clémence, une jeune maman du Sud-Kivu. "Quand ma famille a su que j’étais enceinte, ils m’ont… +
02/05/2022
Après 3 mois de stage au Bénin, Margo est de retour en Belgique. Elle nous explique un des projets auquel elle a assisté avant son retour. Avant de rejoindre Natitingou, j'ai… +
27/04/2022
A travers ce journal de bord, Nicolas nous décrit sa journée type à Kinshasa, au centre de formation professionnelle Saint Joseph. Nous voilà arrivés, après 15 minutes de… +
27/04/2022
Olivier Le Bussy, journaliste au service international de La Libre Belgique depuis 2007, revient d’un reportage aux Kivus. Il y a découvert les projets de plusieurs ONG actives… +
21/04/2022
Dans ce second journal de bord, Sybille nous raconte sa journée type, en présentant ses missions au sein du centres Ndako Ya Biso et du centre de formation professionnelle.… +