Après 3 ans, Karlien quitte la direction de notre équipe RDC

Karlien.

Après 3 ans, Karlien quitte la direction de notre équipe RDC

Résaux sociaux
Contenu

Il y a un peu plus de 3 ans, Karlien Jolie poussait les portes de notre bureau de Bukavu pour diriger nos actions en République démocratique du Congo. Aujourd’hui, elle quitte Louvain Coopération pour se consacrer à d’autres projets en RDC. Rencontre à la veille de son départ.

LC : En regardant en arrière, quel est ton ressenti global sur ton expérience avec Louvain Coopération ?

Karlien : Je suis très satisfaite des 3 années passées avec LC en RDC. C’était une belle expérience. LC est une ONG ambitieuse et engagée, qui travaille sur des thématiques pertinentes comme le diabète, la santé mentale, l’insertion professionnelle de jeunes vulnérables… et en plus dans des contextes moins évidents tels que le Sud-Kivu. Sa spécificité d’ONG universitaire fait que l’aspect d‘analyse critique, remise en question, et association du monde académique ou de recherche s’ajoute aux projets, ce qui les rend plus intéressants. J’ai pu m’épanouir à fond professionnellement, tout en sentant que le travail de LC fait une différence sur le terrain et a tout son sens, ce qui motive beaucoup.

Tu as travaillé trois ans en tant que directrice nationale. Qu’est-ce qui t’a plu dans cette fonction ?

La variété des thématiques et des tâches à accomplir a été très enrichissante, tout comme la liberté que l’on m’a laissée pour remplir ma fonction. J’ai ainsi pu apporter et donner ma propre direction. Puis c‘était l’occasion de plonger pleinement dans la région du Sud-Kivu, assez inconnue pour moi et d‘apprendre à connaître ce contexte, au-delà de ce qu’on en entend en Belgique. J’ai également beaucoup apprécié la proximité avec les partenaires locaux et les relations que nous avons pu établir avec eux.

Que retires-tu comme enseignements de ton passage chez Louvain Coopération ?

D’abord, j’ai approfondi ma connaissance de la RDC, surtout du Sud-Kivu. L’est du Congo est une région oubliée et sous-estimée, qui offre pourtant tellement plus que la guerre, la violence et la pauvreté dont on parle principalement. J’y ai découvert un grand potentiel. Beaucoup de gens y sont très engagés et veulent faire avancer le développement. J’ai également beaucoup appris sur des thématiques que je connaissais peu : la santé mentale, le diabète, l’agriculture durable, l’entrepreneuriat, la formation et l’insertion professionnelle... Tout cela va beaucoup me servir dans le futur.

Qu’est-ce qui, selon toi, fait la particularité du travail de Louvain Coopération ?

L’importance de la recherche, des études, de la capitalisation, mais aussi l’analyse critique avec la création d’un département spécifique dédié à la recherche et au développement. Sans oublier son statut d’ONG universitaire qui permet de bénéficier des liens académiques et de la recherche universitaire. Et puis l’approche partenariale où l’on cherche l’équité avec les partenaires locaux. On est très conscient que seul on ne sait pas tout, et qu’il faut, au contraire, s’appuyer sur l’expertise locale. On sait qu’en reliant nos forces on arrive plus loin.

Un moment dans cette expérience qui t’a particulièrement marqué ?

Je me souviendrai toujours de la journée où nous avons été informés de l’obtention du financement pour le projet sur l’insertion professionnelle des jeunes en situation de rue à Kinshasa. Cela nous a permis de commencer à développer cette thématique, et par après, de l’intégrer dans notre programme DGD et de créer de nouvelles perspectives pour cette thématique si importante.

Qu’est-ce qui va te manquer le plus après ton départ ?

Mes collègues chez LC, et particulièrement l’équipe en RDC. Sans eux je n’aurai pas pu réaliser mon travail. Ils m’ont bien accueillie dès le premier jour et on a toujours bien collaboré. Ensemble nous avons réalisé un beau parcours ces 3 dernières années.

Un mot pour eux ?

Merci à toutes et tous pour la bonne collaboration, l’engagement et la motivation pour le travail et la cause. Continuez le bon travail !

Une conclusion ?

Je voudrais encourager celles et ceux qui en ont les moyens de soutenir le travail de Louvain Coopération. C’est une ONG proche des organisations locales et de la population. Ce qu’on fait, on le fait avec eux, ce qui produit un impact plus grand. C’est une petite équipe mais très engagée.

Plus de news

30/01/2023
Clémence, 22 ans, et Grace, 21 ans, étudiantes en Master à la Louvain School of Management, tout sourire, à l’aéroport de Zaventem. Dans quelques instants, elles s’envoleront au… +
19/01/2023
Lauréate en 2022 du Fonds Prince Albert, géré par la Fondation Roi Baudouin, Madeline Saadeh va travailler un an pour développer le nouveau bureau de Louvain Coopération à… +
10/01/2023
À un mois de la fermeture des candidatures pour le Fonds Solidaire, Emilie nous fait un retour d'expérience de son projet qui a été financé l'année dernière. LC : Peux-tu nous… +
16/12/2022
Carte blanche, par Juliette Delvaux Passé, présent, futur. De tout temps, l’appropriation coloniale s’impose au sein des relations économiques et politiques mondiales. La… +
14/12/2022
Grande nouvelle! Nous venons de remporter un important appel à projets de l’Union Européenne qui va nous permettre d’œuvrer en faveur de l’environnement et de la biodiversité au… +
06/12/2022
ONGs, bailleurs et étudiants se sont réunis le vendredi 2 décembre pour le premier séminaire organisé par le réseau belge pour la résilience socio-écologique, SECORES, dont… +